webinaire

Et si l’artisan marocain devenait chef d’entreprise ?

Face à l’urgence et à la nécessité imposées par la crise sanitaire, une grande part du tissu productif national s’est engagée, massivement, pour soutenir les efforts des autorités publiques dans leur lutte contre le coronavirus par la fabrication de produits médicaux, de maintien des chaines logistiques et de solutions digitales. Il est, désormais, acquis que la fabrication locale est garante de la souveraineté nationale et de la sécurité sanitaire. Le « made in Morocco » devient un impératif pour l’avenir économique de notre pays.

« […] il nous appartient de saisir l’opportunité de redéfinir l’ordre des priorités, d’asseoir les bases d’une économie forte et compétitive et de construire un modèle social plus inclusif […] Au premier chef, il importe d’initier un plan ambitieux de relance économique pour permettre aux secteurs de production de se remettre d’aplomb, d’accroître leur capacité à créer des emplois et à préserver les sources de revenu ». Extrait du discours royal, Fête du Trône, 29 juillet 2020.

Ces orientations royales ont donné lieu à la mise en place de plusieurs initiatives ministérielles pour soutenir les entreprises et les entrepreneurs en ces moments de crise. C’est ainsi que le ministère de l’industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique a dévoilé, en septembre de l’année dernière, le plan de relance industrielle (PRI) 2021-2023 qui porte l’ambition de recourir à l’industrie locale pour une cible de substitution de 34 milliards de dirhams d’importations.

Pour sa part, le ministère du tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale a porté le projet de loi 50-17 relative à l’exercice des activités de l’artisanat et travaille sur une nouvelle stratégie pour la promotion du secteur pour la période 2021-2030.

Si le poids de la PME dans le tissu productif national n’est plus à démontrer, le secteur de l’artisanat, pour sa part, emploie près de 2,4 millions de personnes (20% de la population active) et a réalisé près de 800 millions de dirhams de chiffre d’affaires à l’export en 2019 (6,5% du PIB). Ce secteur a donc la capacité de générer un apport économique important pour le pays

A la faveur du confinement, le commerce électronique s’est largement répandu. Il se positionne, aujourd’hui, comme une alternative incontournable pour dynamiser l’activité économique dans son ensemble et en particulier pour les plus petites entreprises et les artisans. De même, la pandémie a révélé l’importance du commerce de proximité avec des circuits court d’approvisionnement qui ont des retombées plus importantes sur les territoires et les populations locales. A cet égard, l’expérience récente de Marjane Holding de développer le sourcing local peut jouer un rôle de catalyseur du développement, de la diversification et de la montée en gamme de l’offre des produits nationaux.

Cependant, le secteur de l’artisanat, et plus généralement des TPME, continue de souffrir de lacunes structurelles liées essentiellement au faible niveau de gouvernance, à l’insuffisance de la gestion des risques et au manque d’accompagnement sur le terrain. Ceci appelle une réflexion profonde quant aux voies pour sa redynamisation aussi bien sur les volets de l’accès au financement et l’appui à la commercialisation que pour l’encouragement des marocains à consommer les produits et services locaux.

Ce champ de réflexion ouvre un grand nombre de questions :

  • Quelles sont les principales mesures prises pour soutenir les artisans et les TPE ?
  • Comment assurer leur montée en gamme et leur visibilité ?
  • Quels sont les grands axes de la nouvelle stratégie de l’artisanat ?
  • Quelles recommandations pour l’accompagnement et la mise à niveau managériale des artisans et TPME ?
  • Le digital laisse présager de bonnes perspectives, mais est-il accessible aux plus grand nombre d’artisans et de TPE ?

S'inscrire

Le webinaire verra l’intervention de

Youssef Ghalem

Youssef GHALEM est un ingénieur informatique de formation, serial entrepreneur spécialisé dans les domaines de l’éducation, les nouvelles technologies ainsi que l’artisanat.

Après avoir cherché un sac qui corresponde à ses besoins professionnels sans résultat satisfaisant, Youssef décida de prototyper son propre sac en cuir. S’en suivirent de nombreuses itérations afin d’améliorer la qualité ainsi que le côté pratique de ses créations. C’est ainsi qu’il fonda Miratti, une marque de maroquinerie de luxe proposant des articles très fonctionnels pour les besoins professionnels des cadres et des décideurs. Miratti se distingue par sa recherche et développement et son caractère innovant en mettant en place une feuille de route pour une nouvelle gamme de produits intégrant les nouvelles technologies dans ses créations artisanales.

Aujourd’hui Miratti développe sa présence internationale en focalisant dans un premier temps sur les marchés russe, Israélien, Français et Qatari.

Aziza El Aouad

Aziza El Aouad est une experte en développement humain et social, spécialiste de l'inclusion des jeunes. Depuis près de 25 ans, elle se consacre à la conception et la mise en œuvre de programmes sociaux, la protection sociale et la gouvernance institutionnelle, l'ingénierie de la formation et le renforcement des capacités des acteurs au profit de nombreuses organisations notamment, le gouvernement du Maroc, la Banque Mondiale, le PNUD, l'USAID, la Banque Islamique de Développement et l'Organisation Internationale du Travail, et actuellement la Banque Africaine de Développement.

Ces dernières années, ses travaux professionnels se sont focalisés sur la jeunesse, en particulier le développement de la stratégie nationale intégrée pour la jeunesse (Banque Mondiale), le pilotage et la mise en œuvre de programmes d'entrepreneuriat et d'emploi des jeunes.

Membre actif d'organisations de la société civile, Aziza El Aouad est la coordinatrice nationale du Third Millennium Youth Network.

Tarik Sadik

« Le Cap vers le Digital est irréversible pour les territoires »

Né à Rabat en 1976, Mr Tarik SADIK a effectué des études supérieures à l’Université Mohammed V des Sciences de Rabat et à l’Université Laval au Canada, où il a obtenu un MBA et un Master en Aménagement du Territoire et Développement Régional.

Après une expérience professionnelle à l’international de plusieurs années, Monsieur SADIK rejoint en 2010 la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT) relevant du ministère du Tourisme, où il a assumé plusieurs responsabilités qui lui ont permis d’accompagner la mise en œuvre de projets touristiques majeurs et de la stratégie relative au développement du produit touristique au niveau du Royaume.

En 2013, Monsieur SADIK a été nommé Directeur de la Stratégie et de la Coopération au sein du Département du Tourisme, chargé notamment du suivi de l’exécution de la stratégie sectorielle, de la réalisation des études stratégiques et prospectives, du pilotage de l’activité touristique et du développement de la coopération internationale. Durant son passage au Département du Tourisme Monsieur SADIK a été également Secrétaire Général de l’Observatoire du Tourisme, dans lequel il représente le Ministère de tutelle.

Monsieur Tarik SADIK a été nommé le 26 novembre 2020 Directeur Général de la Maison de L’Artisan, établissement public en charge de la promotion de l’Artisanat.

Monsieur SADIK est marié et père de deux enfants.

Xavier Reille est Directeur du bureau IFC Maghreb. Il est en charge des programmes de conseil et d’investissement de IFC pour l’Algérie, le Maroc et la Tunisie.

Xavier a débuté sa carrière à IFC en 2009 pour diriger les programmes d’inclusion financière de l’IFC dans la région MENA depuis le Caire. Avant de prendre ses fonctions de Responsable du bureau IFC Maghreb en 2017, Xavier était le directeur du département conseil au secteur financier (FIG) de la SFI au niveau mondial depuis Istanbul.

Xavier a rejoint IFC après 10 ans à la Banque mondiale, où il a occupé plusieurs postes de direction dans le domaine de l’inclusion financière et il a été le président fondateur de la plateforme de marché « Microfinance Information Exchange » pour le secteur de la microfinance.

Xavier a également occupé des postes d’administrateurs de banques et de sociétés d’investissement dans les pays émergents. Il est l’auteur de 20 publications sur le thème de l’inclusion financière. Il est diplômé de l’ENSIA Agro Paris tech.

Aziz BOUCETTA

S’inscrire

* Champs obligatoires
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles. Ce traitement a été déclaré à la CNDP sous le n° D-CEX-356/2020.

Nous contacter

contact@institutcdg.ma
Tél. : +212 5 37 66 92 35
Nous envoyer un message